L'Air du Temps de Nina Ricci par Flore Faucheux

La Fête des Mères by Nina Ricci remodelée par l’artiste Flore Faucheux

Flore Faucheux

Artiste autodidacte et nomade, depuis plus d’une douzaine d’années Flore Faucheux partage son temps entre voyages d’inspiration et création brute. Investie aujourd’hui à fond dans la céramique, avec ses œuvres influencées par sa vie et son entourage, la jeune femme déploie un univers du quotidien plein d’humour.

Invitée à réinterpréter plusieurs pièces iconiques de la Maison Nina Ricci à l’occasion de la Fête des Mères, la céramiste a troqué la terre pour la pâte à modeler et ses yeux d’adulte pour ceux d’un enfant de 5 ans. Rencontre avec une tête libre qui a grandi sans télévision mais avec beaucoup de livres et de crayons.

Vicks VapoRub par Flore Faucheux
Tabasco par Flore Faucheux
Casquette Nina Ricci par Flore Faucheux

Tu utilises plusieurs médiums pour exprimer ta créativité dont la céramique. Qu’est-ce qui te plait particulièrement dans cette pratique ?


Ce que j’adore dans la céramique, c’est que c’est une matière brute très différente selon les endroits où tu te trouves dans le monde, avec des possibilités infinies et un caractère difficile. Elle est malléable mais aussi complètement imprévisible. Il y a tellement d’accidents pendant la cuisson, on ne sait jamais ce qu’on va retrouver à la fin. Mais à force de geeker sur internet, j’ai trouvé un stratagème pas du tout classique pour réparer des pièces irréparables, un mélange de terre, de vinaigre et de papier toilette, bizarrement ça fonctionne bien !

Beaucoup de gens n’ont aucune idée à quel point la céramique demande une vraie maîtrise technique. 

Sac à main Nina Ricci par l’artiste Flore Faucheux
Nina Rouge Nina Ricci par l’artiste Flore Faucheux

Comment définirais-tu ton style ? 

Pour moi, l’humour est hyper important. Je fais des objets usuels mais de façon caricaturale et grotesque en jouant avec les échelles. Pas du tout réaliste. Pas du tout sérieux. Mais ludique. J’aime bien toucher la part enfantine chez les gens. 


Où puises-tu ton inspiration ?

Dans mon quotidien, dans les gens qui m’entourent, dans l’héritage de ma famille artiste, dans mon enfance… L’environnement influe pas mal forcément. Je me nourris sans vraiment m’en rendre compte et puis devant un bout de terre, ça vient comme ça. J’ai une liste d’objets que j’aimerais réaliser, mais plus je fais plus elle se rallonge.  

L'Air du Temps Nina Ricci par l’artiste Flore Faucheux

Qu’est-ce qui t’attire dans l’ordinaire ?

J’aime bien l’idée de pouvoir représenter des objets auxquels les gens peuvent s’identifier d’une manière ou d’une autre. Et puis, en termes de graphisme, tous ces objets du quotidien sont assez géniaux.


Pour Nina Ricci, tu as réinterprété plusieurs produits phares de la maison à travers les yeux d’un enfant de 5 ans. Qu’est-ce qui t’a amusée dans l’exercice ? 

Il fallait que les pièces soient faites en pâte à modeler, ce qui était très différent pour moi, aussi bien au niveau de la technique que des couleurs. C’est ça qui m’amuse, j’aime toujours faire des recherches sur d'autres matières que celles que je connais.


Comment as-tu retranscrit l’esprit naïf dans cette série ?

C’était impossible que je fasse des objets aussi naïfs qu’un enfant donc j’ai joué sur les couleurs et les formes simplifiées, tout en essayant de préserver la silhouette et l’élégance des produits proposés.

Sandale Nina Ricci par l’artiste Flore Faucheux

La pièce de la série la plus compliquée à faire ?

L’Air du Temps. Je me suis posée beaucoup de questions en amont sur la forme, le traitement de la transparence du flacon en verre ou non, certains détails du bouchon, les proportions. Cela a donné naissance à plusieurs versions avant d’obtenir la pièce finale que j’avais en tête.


Et la plus amusante ?

La sandale ! L’objet s’y prêtait super bien et ressemblait déjà presque à un objet fait en pâte à modeler. Dès que je l’ai vue, je l’ai pensée en 3D.

 

Crédit photo (portrait) : HOUSSINE RIABI @houseen

Flore Faucheux sur Instagram : @